Hommage à Jean-Marie Lavaud

Nous avons l’immense tristesse de vous annoncer la disparition de Jean-Marie Lavaud, membre fondateur d’HXX. Nous souhaitons lui rendre hommage en rappelant son investissement à l’Université de Bourgogne, sa contribution décisive au développement des études théâtrales au sein de l’hispanisme et à son implication dans notre association.

Jean-Marie Lavaud a été professeur à l’Université de Bourgogne jusqu’en 2002. Pilier du département d’Etudes hispaniques, il a été à l’initiative de la création de la filière LEA à Dijon, dont il a assuré la direction pendant de nombreuses années, tout en présidant l’Association Nationale des Langues Etrangères Appliquées (ANLEA). Il a également dirigé le DESS Stratégies de communication internationale et a été l’un des initiateurs de fructueux échanges avec l’Université de Saint-Jacques de Compostelle qui perdurent encore actuellement.

Grand spécialiste du théâtre espagnol contemporain, ses nombreuses publications sur Valle-Inclán ont fait date, notamment : Valle-Inclán, un Espagnol de la rupture (avec Eliane Lavaud, Actes Sud, 1991), El teatro en prosa de Valle-Inclán 1899-1914 (Ediciones PPU, Barcelone, 1992), « Los dos ciclos gallegos. La guerra carlista y las Comedias bárbaras » (avec Eliane Lavaud in Historia y crítica de la literatura española, coord. par Francisco Rico Manrique, Crítica, 1994), Ramón del Valle-Inclán, Luces de bohemia: una revolución dramática (Orbis Tertius, 2013) et Rapsodia valleinclaniana: escritura narrativa y escritura teatral (sélection d’articles de Jean-Marie et Eliane Lavaud, Prensas de la Universidad de Zaragoza, 2017). Jean-Marie Lavaud a également contribué à la connaissance et la reconnaissance du grand écrivain espagnol en France en collaborant au montage en 1991 des Comedias bárbaras par Jorge Lavelli au Festival d’Avignon puis au Théâtre de la Colline en 1991. Ses travaux lui ont valu la reconnaissance de la Fundación Valle-Inclán qui lui a décerné en 2009 le prestigieux prix du même nom.

Membre fondateur d’HXX, qu’il a contribué à créer avec Eliane Lavaud en 1983, au sein du Centre d’études et de recherches hispaniques du XXème siècle de l’Université de Bourgogne, il a coordonné les volumes Lire Valle-Inclán : Les comédies barbares (Hispanistica XX, 1996) et Le théâtre de l’impossible : voir et lire Federico García Lorca (Hispanistica XX, 1999) et a participé à de très nombreux numéros de la revue : « Les dramatis personae de La hija del capitán : une déclaration d’ intention » (n° 2) ; « Medea la encantadora, de José Bergamín : la rencontre du mythe et de l’histoire » (n° 3) ; « El Marqués de Bradomín: coloquios románticos. Análisis de una modalidad de creación » (n° 4) ; « Déconstruction du personnage, présence de l’histoire dans La cabeza del dragón et La hija del capitán » (n° 5) ; « De las ” mémoires” de Lauzun a la Farsa sentimental y grotesca de Valle-Inclán » (n° 10) ; « Sur l’écriture des didascalies » (n° 11) ; « Les conditions de l’émergence d’un langage poétique dans le théâtre en prose de Valle-Inclán » (n° 15) ; « La Galice, patrimoine culturel de Valle-Inclán » (n° 23).

Au-delà de sa carrière qui l’honore, nous garderons le souvenir ému d’un collègue et ami aussi généreux que dévoué. Nos pensées les plus amicales vont à sa femme, Eliane, à sa fille, Marie-Pierre, à sa petite-fille, Camille et à son gendre, Pascal.

HXX