Ouvrages

2021, numéro 38 : Espagne, terre d’accueil ?

sous la direction de Bénédicte Brémard et Alexandra Palau

Présentation :

Alors qu’au début des années 2000, l’Espagne est le principal pays récepteur de population migrante en Europe, la crise économique de 2008 remet en question l’image d’une « Espagne, terre d’accueil ». Enjeu politique, économique et humain, l’accueil des migrants devient l’objet de discours qui s’opposent, entre connotations positives (exaltation de la solidarité) et négatives (spectre de l’invasion face au repli nationaliste ou sécuritaire). L’opinion publique sur la question de l’immigration se reflète dans les mouvements politiques, les médias et les pratiques artistiques, mais elle évolue aussi grâce aux imaginaires véhiculés par ceux-ci. Et l’imaginaire n’est pas forcément le même selon la terre d’origine du migrant : Europe de l’Est, Afrique ou Amérique hispanique.

Avec pour objets d’étude les discours politiques et média­tiques mais aussi le roman, le théâtre, les arts visuels et nombre de formes hybrides, les contributions de ce volume, regroupées en trois parties – « Exclusion et cloisonnement : représentations politiques et artistiques de la frontière », « Immigration et interculturalité : la perception des médias », et « La figure du migrant : imaginaires et constructions littéraires » –, proposent de réfléchir à des questionnements qui, en ce début de XXIe siècle, trouveront échos et correspondances bien au-delà de la péninsule ibérique.

Ont collaboré à ce volume : Bénédicte Brémard, Alexandra Palau, Claire Dutoya-Desmoulière, Alicia Fernández García, Shelley Godsland, Ibtissam Ouadi-Chouchane, Judite Rodrigues, Pablo Turrión Borallo

Table des matières et introduction de l’ouvrage :

Bientôt disponible

2020, numéro 37 : Prendre corps, dire le corps, penser le corps – La corporéité en question dans le monde hispanique

sous la direction de Bénédicte Brémard

Présentation :

Que représente le corps dans le monde hispanique contemporain ? Contrôlé voire anéanti ou effacé par des régimes totalitaires, libéré jusqu’à l’excès par la fin de la censure, enjeu politique ou arme de communication, objet de préoccupations scientifiques ou sociales (pour le soigner, le reconstruire, le rajeunir, le modifier), le corps peut-il encore porter l’identité individuelle ou la mémoire collective ?

Avec pour objets d’études le cinéma, la vidéo, la littérature, les arts visuels ou le flamenco, les vingt-deux contributions de ce volume, regroupées en cinq parties : « Le corps et la norme », « Corps en construction/corps en destruction », « Corps et identité nationale », « Corps et genres artistiques » et « Le corps à l’avant-garde », proposent de réfléchir à ces questionnements et nous montrent que, du début du XXe siècle à nos jours, sous le regard des artistes, le corps n’a cessé de créer le trouble et d’interroger notre rapport aux genres, aux modèles, les limites de notre tolérance et nos liens au vivant.

Ont collaboré à ce numéro : Marta Álvarez Izquierdo, Carmen Becerra Suárez, Carlos Belmonte Grey, Jean-Paul Campillo, Corinne Cristini, Marie Delannoy, Pauline Doucet, Antonio J. Gil González, Sonia Kerfa, Lucie Lavergne, Emmanuel Le Vagueresse, Laureano Montero, Xosé Nogueira, Angélique Pestaña, Olivia Pierrugues, Roberta Previtera, Sébastien Pruvost, Judite Rodrigues, Manuel Rodríguez Avis, Samuel Rodríguez, Lydie Royer, Joana Sanchez, Pablo Turrión Borallo.

Table des matières et introduction de l’ouvrage :

Bientôt disponible

2019, numéro 36 : Regards sur le paysage dans le monde hispanique contemporaine

Sous la direction de Cécile Iglesias et Catherine Orsini-Saillet

Présentation

Terme polysémique, « Paysage » renvoie tantôt à une partie de pays que la nature offre à un observateur, tantôt à sa représentation (picturale, littéraire…). L’interaction entre espace et regard est au centre de ce volume d’Hispanística XX qui interroge cette réalité perçue et recréée par l’imaginaire, représentée, transfigurée dans et par l’art. Il pose la question du paysage passé au crible du regard d’un créateur et offert au spectateur ou au lecteur. Qu’il s’agisse de renouveler un genre pictural devenu académique, d’explorer les nouvelles possibilités d’interaction entre un sujet et son environnement ou de recréer un lien identitaire avec un espace perdu mais présent dans le souvenir, les artistes et écrivains étudiés se sont approprié les langages du paysage. Des rivages de la Méditerranée à ceux de l’Atlantique, des montagnes basques à la jungle amazonienne, des plaines désertiques aux constructions urbaines de Barcelone, Madrid ou Caracas, se dessine un parcours significatif à travers les multiples paysages, dépeints ou fantasmés, des mondes hispaniques contemporains.

Ont collaboré à ce numéro : Francisco Aroca Iniesta, Grégory Dubois, Esther Ferrer Montoliu, Lucie Lavergne, Raoul Ngouna, Fabrice Parisot, Sophie Pelissier-Chaze, Inmaculada Real López , Marina Ruiz Cano, Daniela Serber, Magali Vion.

Table des matières

Introduction

2018, numéro 35 : Correspondances, de l’intime au public

Sous la direction d’Aline Janquart-Thibault et Catherine Orsini-Saillet

Présentation

Quoi de plus intime que l’échange de correspondance – amoureuse, amicale, familiale – entre deux personnes qui, précisément, correspondent entre elles parce qu’elles se correspondent ?  Il sera question ici de cela, de lettres rendues publiques pour diverses raisons, celles d’épistoliers célèbres (François Mitterrand, Emilia Pardo Bazán) ou anonymes (exilés de la guerre d’Espagne, prisonniers argentins…).
Faute de conserver la parole intime de ces personnages illustres ou des anonymes, on a par ces correspondances le sentiment – l’illusion ? – de mieux les connaître. On sait ce qu’ils ont pu penser, ressentir, on assiste en différé à leurs coups de cœur, à leurs coups de gueule, à leurs espoirs ou à leurs désespoirs, ils deviennent soudain nos semblables. C’est ce rôle dévolu à la correspondance privée qui en a fait un ressort de la littérature, sous diverses modalités. Depuis l’essai, sous forme de lettres ouvertes, dont les Lettres persanes de Montesquieu et les Cartas marruecas de Cadalso sont sans doute les exemples les plus célèbres et que l’on retrouve à l’époque contemporaine dans les Cartas cabales de Tomás Segovia, jusqu’au roman épistolaire ou les faux recueils de lettres prétendument découvertes par hasard, les variantes sont quasiment inépuisables. On connaît mieux les utilisations romanesques de la correspondance, mais la poésie elle aussi peut revêtir la forme d’un échange de lettres. On retrouve enfin le motif de la correspondance là où on l’attendrait le moins, à savoir dans les arts visuels ou le 7ème art. 
À l’initiative d’Hispanística XX, le présent volume s’articule ainsi autour de ces trois directions : « Correspondance et témoignage », « De l’usage de l’épistolaire en littérature », « Quand la correspondance envahit le grand écran ».

Ont collaboré à ce numéro : Sylvie Crinquand, Dolores Thion Soriano-Mollá, Francisca Montiel Rayo, Amandine Guillard, Judite Rodrigues, Carole Viñals, Natalie Noyaret, Álex Marín Canals, Blanca Riestra, Júlia González de Canales Carcereny et Xosé Nogueira.

Table des matières

Introduction

A venir

DIALNET

Certains de nos précédents numéros sont consultables sur DIALNET :

https://dialnet.unirioja.es/servlet/revista?codigo=14709